English français

Accueil > Analyses vétérinaires > Tests PCR Scanelis > Chats > Calicivirus félin

Recherche du calicivirus félin par RT-PCR en temps réel. Très large spécificité du test sur les calicivirus félins (souches responsables de coryza, bucco-stomatites, souches hypervirulentes…)

Indications du test

  • Evaluation de l’excrétion virale et de la contagiosité des chats en collectivité.
  • Détermination du statut des reproducteurs en élevage.
  • Détection des porteurs asymptomatiques.
  • Diagnostic de calicivirose chez les chats présentant des signes cliniques (coryza, bucco-stomatites) et suivi de l’excrétion virale après guérison clinique.

Caractéristiques du test

  • RT-PCR en temps réel
  • Seuil de détection
  • Détection de la plupart des souches de calicivirus, quel que soit le pouvoir pathogène

Prélèvements à réaliser

  • Coryza : cellules oro-pharyngées / conjonctivales / nasales prélevées avec une cytobrosse (surtout si troubles chroniques) ou éventuellement un écouvillon sec.
    Autres prélèvements possibles : épanchement thoracique, poumon (non fixé).
  • Formes systémiques hypervirulentes : elles sont accompagnées d’une virémie, le prélèvement sanguin sur EDTA est donc approprié, raclage cutané si lésions cutanées.
  • Bucco-stomatites : cellules oro-pharyngées avec une cytobrosse au niveau des lésions.
  • Détermination de statut des animaux asymptomatiques et suivi après guérison : cellules oro-pharyngées (prélever sur les amygdales)

Interprétation du résultat

  • Résultat négatif : absence du virus ou quantité inférieure au seuil de détection de la technique. Permet d’exclure une calicivirose chez un animal symptomatique.
  • Résultat positif  : présence du virus dans le prélèvement. Si la quantité d’ARN viral est très faible, nous vous l’indiquons sur le rapport d’analyse. Les résultats positifs sont à interpréter dans le contexte clinique et en fonction de la durée d’évolution. Il faut tenir compte d’un taux de portage asymptomatique de 8% (avec le test développé par Scanelis, dans les prélèvements buccaux). Le portage asymptomatique peut être plus fréquent chez les animaux hébergés en collectivité (refuges en particulier).