English français

Accueil > Analyses vétérinaires > Tests PCR Scanelis > Chats > Coronavirus félin

Analyse quantitative de la charge virale en coronavirus félin pour la détermination de statut des animaux asymptomatiques en collectivité et pour le diagnostic de la PIF

Indications du test

  • Evaluation de l’excrétion virale et de la contagiosité des chats en collectivité.
    Détermination du statut des reproducteurs en élevage.
    Détection des porteurs chroniques (analyses sur écouvillon rectal).
  • Diagnostic de la PIF chez les chats présentant des signes cliniques compatibles avec une PIF sèche ou humide. Confirmation des examens anatomo-pathologiques.

Caractéristiques du test

  • RT-PCR en temps réel
  • Seuil de détection
  • Analyse quantitative de la charge virale pour la détermination de statut des animaux porteurs asymptomatiques
  • Le test ne distingue pas les coronavirus entéritiques des coronavirus de la PIF. Le choix du prélèvement à analyser est donc très important pour que le résultat soit interprétable et informatif.
  • Le test a été optimisé afin de ne pas détecter le virus dans le sang des animaux asymptomatiques (spécificité diagnostique du test de 96%) [évaluation sur 100 chats asymptomatiques porteurs de coronavirus entéritique].
    Chez les chats atteints de PIF sèche, la sensibilité du test sur prélèvement sanguin est de 94%. Chez les chats atteints de PIF humide, la sensibilité du test sur liquide d’épanchement abdominal est de 100%.

Prélèvements à réaliser

  • Animaux asymptomatiques : écouvillon rectal (ER).
    Ce prélèvement n’est pas adéquat pour le diagnostic de PIF.
    Attention les animaux porteurs ne seront pas détectés si l’analyse est réalisée sur un prélèvement sanguin.
  • Formes sèches de PIF : LCR (formes nerveuses), humeur aqueuse (formes oculaires), biopsies rénales ou hépatiques, sang EDTA (éventuellement sang et ER pour réaliser une double analyse chez les jeunes chatons). Le prélèvement sanguin doit être réalisé au moment des pics d’hyperthermie.
    En post-mortem : organes présentant des lésions (rein, foie, poumon…).
    Découvrir DualDiag PIF (PCR quantitative Scanelis + Histo LAPVSO)
  • Formes humides de PIF : liquide d’épanchement abdominal ou thoracique sur tube EDTA

Interprétation du résultat

  • Analyse sur écouvillon rectal (animal asymptomatique)
    • Résultat négatif : absence de virus ou quantité inférieure au seuil de détection
    • Charge virale faible ou très faible : l’animal n’est probablement pas un porteur chronique, il peut éliminer le virus et est peu contagieux.
    • Charge virale moyenne, élevée et très élevée : l’animal est porteur de coronavirus et peut être un porteur chronique (à vérifier sur une seconde détermination quelques semaines plus tard pour les chats adultes, en particulier les reproducteurs). Ces animaux doivent être isolés car contagieux. Chez un chaton, des charges virales élevées sont fréquentes mais la plupart de ces animaux vont éliminer le virus, s’ils sont isolés des animaux excréteurs. Certains peuvent éventuellement présenter de la diarrhée.
  • Suspicion de PIF - analyse sur sang EDTA : les animaux atteints de PIF sont virémiques au moment des pics d’hyperthermie. Un résultat négatif sur un prélèvement sanguin ne permet pas d’exclure une PIF avec certitude en particulier en début d’évolution (sensibilité 94%). Un résultat positif est très en faveur d’une PIF. Toutefois certains animaux asymptomatiques peuvent être positifs dans le sang pendant quelques semaines après une infection par des coronavirus entéritiques ; contrairement aux animaux malades, leur charge virale rectale est très élevée. C’est pourquoi sur des animaux (en particulier jeunes chatons) qui ont pu être infectés récemment, il est recommandé de réaliser une double analyse sang/ER. Si le sang est positif et la charge rectale très élevée, il est probable qu’il s’agisse d’une infection récente par des coronavirus entéritiques, l’hypothèse de PIF peut donc être écartée.
  • Suspicion de PIF - autres prélèvements : la présence de coronavirus dans le LCR ou l’humeur aqueuse permet de confirmer le diagnostic. Dans les liquides d’épanchement ainsi que les organes, seules des charges virales significatives peuvent être interprétées. Si la quantité de virus est très faible, nous vous l’indiquerons sur le rapport d’analyse. Dans ce cas l’hypothèse de PIF est peu probable. Les résultats rendus positifs sans commentaire particulier sont compatibles avec une PIF.
En raison de la complexité de la PIF et des particularités de notre test, ne pas hésiter à nous consulter pour le choix des prélèvements et une aide à l’interprétation des résultats.